L'hydratation n'est pas une option

L'hydratation n'est pas une option

retour

NUTRITION

Si manger pour deux n’est pas recommandé, vous hydrater pour deux, en revanche, vous pouvez. Et même, vous devez. Mode d’emploi.

l'hydratation n'est pas une option

L’eau: la seule boisson indispensable

Le corps humain est composé d’eau à 65%. L’eau est donc le principal constituant des cellules de l’organisme et sans elle, pas de vie. Elle nourrit, apporte des sels minéraux et oligo-éléments indispensables et permet l’évacuation des toxines. Et comme elle est en permanence éliminée de l’organisme (transpiration, selles, respiration), il faut en reconstituer le stock. Plus encore lors de la grossesse puisque les modifications hormonales stimulent l’activité des glandes sudoripares qui sécrètent la sueur.

Pour vous : Une bonne hydratation profite à l’ensemble de votre organisme. Le sang étant alors plus fluide, le cœur peut facilement le propulser vers les organes et les muscles pour les nourrir et les oxygéner... ce qui limite considérablement les risques de crampes, de claquage et de troubles veineux ! Etre bien hydratée, vous permet aussi de contrer les épisodes d’infections urinaires, jamais souhaitables lors de la grossesse. Sans oublier que votre épiderme, lui aussi, a besoin d’eau pour contrebalancer l’afflux hormonal qui le fragilise et le rend plus facilement sujet aux démangeaisons, tiraillements, vergetures et au relâchement.

Pour votre bébé : Votre hydratation rejaillit sur le volume du liquide amniotique qui atteint environ 1 litre à terme. Et quand ce liquide est en quantité suffisante et de bonne qualité, il favorise le bon développement in-utéro et joue efficacement son rôle de barrière protectrice.

l'hydratation n'est pas une option

Été comme hiver, toujours boire avant d'avoir soif

Dès que la sensation de soif apparaît, le processus de déshydratation a déjà commencé. Or, 1% de déshydratation = 1litre d’eau perdue = 10% de performance organique en moins. Buvez donc régulièrement tout au long de la journée, par petites gorgées, pour atteindre tranquillement la ration hydrique conseillée d’1,5 à 2 litres d’eau, voire plus selon avis médical. Et ce, été comme hiver : lorsqu’il fait froid, on perd aussi de l’eau par le biais de la transpiration mais aussi de la respiration (la buée qui sort de la bouche, c’est de l’eau). Globalement et uniquement via la transpiration, la perte hydrique est de 500ml /heure en hiver et de 800ml/heure dès que la température atteint les 20°C ! La déshydratation arrivant vite, pensez aussi à vérifier la clarté de vos urines : c’est le maître-étalon d’une bonne réserve hydrique.

l'hydratation n'est pas une option

De l'eau, mais quelle eau? 

Il est évidemment indispensable d’opter pour une eau de qualité. Celle du robinet est drastiquement contrôlée mais sa composition variant selon les régions, mieux vaut en tester le taux de nitrates avant de la consommer. Et solliciter l’avis du médecin. Dans tous les cas, faites-là toujours couler quelques minutes avant de la boire. Ou, plus sécurisant, préférez les eaux en bouteille. De préférence plates (les bulles favorisent les ballonnements) et faiblement minéralisées, pauvres en sodium. Mais si l’alimentation n’en couvre pas suffisamment les besoins, une eau riche en calcium et magnésium pourra être conseillée par le médecin. Quoi qu’il en soit, vous veillerez à ce que personne ne boive au goulot de votre bouteille et à la consommer dans la journée, une fois ouverte, pour éviter tout risque bactérien.

Pas trop froide, s'il vous plait

Boire bien frais quand il fait chaud, c’est tentant. Mais c’est une erreur. La température interne du corps étant d’environ 37,5°C, une arrivée d’eau glacée demande des efforts inutiles à l’organisme, obligé du coup de dépenser des calories pour la réchauffer avant de l’absorber. Sans compter qu’une eau trop froide donne illico une telle sensation de réhydratation que l’on ne se désaltère pas à la juste mesure. Enfin, elle génère des risques de douleurs gastro-intestinales. La bonne température de l’eau ? 18°C.

l'hydratation n'est pas une option

Manger, c'est boire aussi...

L’hydratation vient aussi de l’alimentation : fruits et légumes abritent en moyenne 90% d’eau. Tabler sur 500g de légumes et 300g de fruits par jour revient à avaler plus d’un demi-litre d’eau. Boissons lactées et laitages, composés de 50 à 80% d’eau, offrent aussi un bon complément hydrique. Une alimentation bien choisie peut donc vous aider à compenser un défaut d’hydratation mais en aucun cas la remplacer ! Si vraiment l’eau pure vous fait grimacer, optez pour les tisanes ou les infusions.

Bienvenue!
Vous recevrez désormais la newsletter Mustela, qui vous permettra de découvrir nos actualités, recevoir des conseils personnalisés, et profiter de nos jeux-concours et offres spéciales
Pour recevoir des informations personnalisées, merci de compléter
Nous respecterons votre vie privée. Lire notre Charte
Consultez notre Conditions d'utilisation.
Nous respecterons votre vie privée. Lire notre Charte
Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous pour découvrir nos actualités, recevoir des conseils personnalisés, et profitez de nos jeux-concours et offres spéciales.