Livraison offerte dès 40€ d'achats

Parce que l’allaitement est naturel mais pas inné, il suscite toujours de nombreuses interrogations chez les parents. Difficile à mettre en place, douloureux, peur de mal faire… Autant de craintes qui assaillent les futures mamans avant même l’arrivée de bébé. Que vous désiriez allaiter ou que vous hésitiez encore, voici nos conseils pour vous guider au mieux dans votre choix et vous aider à vivre cette expérience unique en toute sérénité.

1/ L’allaitement est un choix personnel

Sein ou biberon ? Bébé n’est pas encore né qu’il vous faut déjà réfléchir à son mode d’alimentation. Si, durant des millénaires, l’allaitement maternel était une question de vie ou de mort (et l’est encore dans certaines contrées), nourrir son bébé au sein n’est, aujourd’hui, plus la seule alternative possible. Désormais, c’est avant tout votre ressenti qui doit motiver votre désir d’allaiter ou non. Il s’agit d’un choix profondément intime qui ne concerne que vous et votre partenaire. Et quelle que soit votre décision, celle-ci doit être respectée.

À de rares exceptions près, toutes les femmes peuvent, en théorie, allaiter leur bébé. La question est plutôt d’écouter votre désir. Il ne sert à rien de se forcer si vous n’éprouvez aucune envie de nourrir votre bébé au sein. En revanche, choisi en toute conscience, l’allaitement maternel a toutes les chances d’être bien mené et vécu avec sérénité et confiance. 

2/ L’allaitement regorge de bienfaits pour vous comme pour votre bébé

Votre lait maternel est spécifiquement adapté aux besoins physiologiques de votre bébé, d’autant que sa composition évolue au fil de la croissance de votre bout de chou et même au fil des tétées de la journée. Riche en macronutriments (lipides, protéines, glucides) et micronutriments (minéraux et vitamines), il contient de nombreux anticorps qui peuvent aider votre bébé à développer son système immunitaire.

À cette réalité biologique s’ajoute bien évidemment le lien privilégié qui se noue entre maman et bébé lors de ce tendre corps-à-corps nourricier. Et dans cette fabuleuse relation à deux, les bienfaits sont multiples pour l’un comme pour l’autre…

Car allaiter est également bénéfique pour la maman à plusieurs niveaux. Émotionnellement, d’abord. Donner le sein, bébé tout contre vous, procure une véritable sensation de bien-être. Stimulée et sécrétée lors de la succion du mamelon par le bébé, l’ocytocine, surnommée « l’hormone du bonheur » favorise ainsi l’attachement de la mère pour son enfant. Sur le plan de la santé, les contractions provoquées par les tétées participent à la remise en place de l’utérus. Un allaitement exclusif et prolongé favoriserait également la perte de poids pris pendant la grossesse.

3/ Votre production de lait maternel sera suffisante

La lactation dépend avant tout de la demande de votre bébé puisque c’est la succion qui déclenche la mise en route de la sécrétion des deux principales hormones de la lactation, la prolactine et l’ocytocine. Vos seins se préparent à donner du lait depuis le début de votre grossesse, n’ayez donc aucune crainte : vous aurez du lait en quantité suffisante. Et plus bébé tétera, plus vous en aurez. C’est la loi de l’offre et de la demande !

 

4/ C’est le bébé qui donne le rythme au cours de l’allaitement

Durant les premières semaines, proposez le sein à chaque moment d’éveil de votre bébé, sans attendre qu’il pleure. Guettez les signes indiquant qu’il souhaite téter : s’il tourne la tête, la soulève, ouvre la bouche, tire la langue ou suçote ce qu’il rencontre, c’est qu’il est prêt !
C’est aussi votre bébé qui fixera la fréquence et la durée des tétées. 10 minutes ou ¾ d’heure : laissez-lui cette liberté sans vous imposer d’intervalle entre deux. Et si votre petit est né à terme et en bonne santé, inutile de le réveiller pour téter, même s’il dort 6 heures d’affilée ou plus !

5/ De bons réflexes assurent un allaitement serein au quotidien

De retour à la maison, faites-vous confiance ! Vous allez progressivement trouver vos marques pour poursuivre paisiblement l’aventure de l’allaitement. Veillez à votre confort lors des tétées pour éviter la survenue de douleurs dorsales. Dans la mesure du possible, installez-vous au calme, soit couchée sur le côté, votre bébé face à vous, soit assise, le dos bien soutenu appuyé sur des coussins et votre bébé allongé au creux de votre bras ou mieux, sur un coussin d’allaitement. Plus vous serez attentive à votre bien-être, plus cette parenthèse sera un merveilleux moment pour vous et votre tout-petit.

Soyez attentive à la position de votre bébé durant la tétée. Il existe de nombreuses positions d’allaitement, l’important est de trouver celles qui vous conviennent le mieux. Si votre bébé ne s’endort pas après la tétée, placez-le debout contre votre épaule et tapotez doucement son dos : il peut avoir besoin de faire un petit rot ! S’il s’est endormi, vous pouvez le recoucher sans le réveiller. Pensez aussi à vous après chaque tétée. En appliquant une crème de soin spécifique, comme notre Baume Allaitement BIO, sur vos mamelons, vous protégerez efficacement cette zone particulièrement fine et sensible et réduirez le risque de crevasses.

6/ L’allaitement peut être douloureux, mais heureusement il y a des solutions !

Certains inconforts peuvent survenir lors de l’allaitement, en particulier durant les premières semaines, le temps que la lactation se mette en place.

Crevasses et gerçures sont alors susceptibles d’apparaître et peuvent aller du simple mamelon irrité jusqu’à la fissure saignante, rendant l’allaitement parfois très douloureux… Pour éviter ces désagréments, le mieux est de veiller à la bonne position du bébé durant les tétées. Si, malgré tout, vous souffrez de crevasses, laissez vos seins autant que possible à l’air libre et enduisez régulièrement vos mamelons d’un baume réparateur spécifique allaitement.

Autre complication courante de l’allaitement au sein, l’engorgement se traduit, lui, par un durcissement douloureux de la poitrine et survient le plus souvent dans les premiers jours suivant la mise au sein. La solution la plus efficace est d’allaiter votre bébé le plus régulièrement possible, voire de recourir au tire-lait si nécessaire, pour drainer au maximum vos seins. Même traitement en cas de mastite. Cette inflammation de la glande mammaire, causée par le blocage des canaux lactifères, peut engendrer des symptômes identiques à ceux de la grippe. Si la mastite persiste ou s’aggrave après 48h, mieux vaut consulter votre médecin.

7/ Le co-parent a son rôle à jouer tout au long de l’allaitement

C’est votre premier soutien. Votre partenaire doit adhérer à votre décision d’allaiter et être convaincu des bienfaits de l’allaitement pour vous accompagner le mieux possible dans cette formidable aventure. Sa présence et son appui indéfectibles seront précieux pour vous donner confiance et vous rassurer. En retour, il est essentiel de lui faire une place, notamment en l’impliquant dans les activités du quotidien avec bébé. Le temps du change, du bain, des câlins sont autant de moments d’intimité qu’il aura plaisir à partager avec son enfant dès ses premières semaines de vie.

Pour vous comme pour votre bébé, l’important est que vous vous sentiez sereine dans votre réflexion et votre décision d’allaiter. Vous en tirerez de nombreux bénéfices tant sur le plan de la santé que du bien-être. Pour mettre toutes les chances de votre côté, profitez de votre grossesse pour vous préparer au mieux en vous informant et en recherchant du soutien auprès de votre sage-femme ou d’une consultante en lactation.