Livraison offerte dès 40€ d'achats

L’allaitement est-il douloureux ? Abîme-t-il les seins ? Faut-il avoir une grosse poitrine pour faire téter son bébé ? Les questions ne manquent pas lorsqu’on choisit l’allaitement. Et, bien souvent, votre copine de toujours, votre sœur ou votre grand-mère ont chacune un avis différent sur ces questions. Avec nos réponses, vous saurez tout, tout, vraiment tout sur le sujet.

Il n’est pas rare de se sentir un peu perdue lorsqu’on se lance dans la grande aventure de l’allaitement. Bonne nouvelle : vous allez enfin pouvoir démêler le vrai du faux parmi la foule de conseils que vous recevez. De quoi aborder sereinement cette période, car chacune de vos questions va trouver une réponse.

L’allaitement abîme-t-il les seins ?

Pas forcément ! Pour conserver une belle poitrine, il est important de chouchouter quotidiennement vos seins à l’aide d’un soin adapté. Le but : stimuler les tissus de soutien et éviter le risque de relâchement cutané lié aux variations brutales de volume. Pendant l’allaitement, il est également essentiel de choisir un soutien-gorge spécifique qui maintient sans comprimer. Votre poitrine vous remerciera.

Produit-on moins de lait si on a une petite poitrine ?

Vous avez peut-être en tête l’image des nourrices d’antan à qui on confiait le soin d’allaiter leurs bébés et qui se distinguaient par une poitrine très généreuse. Reléguer cette image au rang des légendes : en réalité, la glande mammaire a sensiblement le même volume chez toutes les femmes. La taille de la poitrine n’a donc aucun rapport avec la quantité de lait produite. Et la lactation dépend essentiellement de l’appétit de votre bébé : plus il tétera, plus vous produirez de lait. Et ce, même avec un petit 85A.

Le lait maternel peut-il ne pas être d’assez bonne qualité ?

Le lait maternel n’est jamais mauvais, trop clair ou pas assez nourrissant. Si votre enfant ne grossit pas suffisamment, c’est plutôt que votre bébé ne parvient pas à bien prendre le sein. Il peut en revanche vous arriver, comme toutes les jeunes mamans, de connaître des baisses transitoires de votre production de lait, sous l’effet de la fatigue ou d’une émotion forte. Ne vous blâmez pas, tout est susceptible de rentrer rapidement dans l’ordre. La solution ? Faire téter votre bébé le plus souvent et le plus longtemps possible. Et le meilleur conseil d’entre tous : reposez-vous au maximum et n’hésitez pas à faire appel à votre entourage. Votre lactation reviendra rapidement à la normale.

L’allaitement fait-il maigrir ou grossir ?

La production de lait consomme une bonne partie de votre ration quotidienne de calories. Si vous veillez à manger de façon équilibrée et en quantité raisonnable, l’allaitement ne peut que vous aider à perdre plus rapidement les kilos de la grossesse. Sans doute une bonne nouvelle pour le moral.

Ce n’est pas tant l’allaitement qui est épuisant, que tout ce qu’implique d’être une jeune maman : l’accouchement, le chamboulement physiologique, les nuits hachées, les machines à laver à répétition, et l’émotion bien entendu ! La nuit, les tétées sont généralement plus fréquentes que les biberons, donc plus fatigantes, mais il est plus rapide de mettre son bébé au sein que de préparer son lait en poudre puis de faire faire son rot. Difficile d’éviter la fatigue, aussi le meilleur conseil est de ne pas se sentir obligée de jouer la superwoman pendant cette période et de ne pas hésiter à demander de l’aide.

Peut-on dormir avec son bébé pour l’allaiter plus facilement ?

Sur le principe, bonne idée : la proximité entre la mère et son bébé favorise l'allaitement, et sa présence à vos côtés la nuit peut grandement faciliter les tétées. Il y a un mais. Il est impératif de bien respecter les conditions de sécurité pour faire dormir votre enfant dans votre lit, ce qui signifie : pas de couette ni d’oreiller proche de lui, un matelas ferme, et bien sûr il faut anticiper le risque de chute. La meilleure option reste donc de placer le lit de votre bébé à côté du vôtre, ou d’adopter un berceau spécial cododo – un nom tout à fait inspirant – qui se fixe sur le lit des parents.

Les tétées nocturnes facilitent-elles l’allaitement ?

Sans doute rêvez-vous que votre bébé fasse ses nuits au plus vite. Mais il faut savoir que la plupart des nourrissons ont besoin de téter la nuit durant leurs premiers mois. Et ces tétées nocturnes favorisent le démarrage et un bon maintien de la lactation car elles permettent d’éviter un trop long intervalle entre deux stimulations. Ces nuits fatigantes ne dureront qu’un temps ! La solution encore une fois, est de faire contribuer au maximum votre moitié à tout le reste, afin que vous puissiez vous reposer.

Des mamelons plats ou mal formés peuvent-ils empêcher d’allaiter ?

Vos mamelons ou vos seins peuvent être rebondis ou incurvés, gros, petits, plats ou en volume, peu importe ! Les bébés parviennent toujours à téter, quelle que soit leur forme. L’important est de placer votre enfant dans la bonne position, face à votre sein. S’il a vraiment des difficultés à le saisir, par exemple parce que celui-ci est trop gonflé de lait, vous pouvez tirer légèrement sur le mamelon pour l’assouplir et faire venir un peu de lait avant de lui présenter.

Allaiter moins de six mois sert-il à quelque chose ?

Les autorités de santé et de nombreux pédiatres recommandent l’allaitement maternel jusqu’aux six mois de l’enfant, mais ce n’est pas une injonction, tout dépend de votre envie et de votre disponibilité ! Et il faut savoir que donner le sein même sur une courte durée sera bénéfique à votre santé et celle de votre bébé. En reprenant le travail, vous pourrez continuer d’allaiter le matin, le soir et le week-end, mais là encore tout dépendra de votre disponibilité, des envies de votre bébé et de votre état de fatigue. À vous de vous écouter et de faire votre choix en fonction.

Est-ce qu’allaiter peut faire mal ?

Allaiter peut en effet être douloureux. Mais la cause est le plus souvent une mauvaise position de votre bébé qui prend mal le sein dans sa bouche, notamment la première semaine où les mamelons peuvent être sensibles. Il peut par exemple pincer le mamelon ou le frotter sur l'os du palais et causer ainsi des crevasses ou démangeaisons. La solution ? Utiliser un baume allaitement qui favorise la réparation de la peau. Si la situation persiste, il convient de demander conseil à votre pédiatre ou à votre sage-femme.

Pendant l’allaitement, a-t-on besoin d’une contraception ?

Il y a la théorie : à partir du moment où vous allaitez de façon exclusive, le retour de couche, c’est-à-dire le retour de règles, est bloqué et vous pouvez être tranquille. Mais il y a aussi la pratique : il peut arriver que le retour de couche ait lieu alors que vous allaitez et qu’une ovulation se produise avant même le retour de vos règles. L’adage veut qu’on ne soit jamais trop prudent, aussi, sauf si vous souhaitez revivre immédiatement une grossesse, il est recommandé de reprendre la contraception après l’accouchement. Votre médecin ou votre sage-femme sauront vous renseigner sur la question.

Peut-on allaiter quand on prend des médicaments ?

Tout dépend. Beaucoup de médicaments sont compatibles avec l’allaitement. Il s’agit d’en informer votre médecin, pour qu’il vous délivre des prescriptions adaptées. Et bien sûr, de votre côté, pas d’automédication ! La règle d’or est de toujours demander conseil à votre médecin, sage-femme ou pharmacien avant de prendre un traitement.

L’allaitement, aux nombreux effets bénéfiques sur la santé des nourrissons, est un moment unique passé avec son tout-petit. Mais cette aventure n’est pas de tout repos : aussi, vous pouvez vous féliciter de chaque jour passé à donner le sein ! En cas de douleurs ou de difficultés, il s’agit d’en parler avec votre médecin ou votre sage-femme qui sauront vous aider. Et si la situation dure, passez au biberon sans culpabilité ! La règle d’or est de s’écouter.