Livraison offerte dès 40€ d'achats

Maman et réalisatrice de “post-partum, le documentaire”, Eve Simonet partage son expérience du post-accouchement, son processus pour en sortir, ce qu’elle a appris à travers son documentaire et les tabous trop présents autour de cette période dans la vie d’une femme.

Mustela : Bonjour Eve, pouvez-vous vous présenter pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas ?

Eve Simonet : “Je m'appelle Eve, j'ai 27 ans, je suis Normande mais Parisienne depuis 10 ans maintenant. J'ai un petit garçon de 20 mois qui s'appelle Ferdinand ! Je suis également réalisatrice et j'ai récemment sorti une série documentaire sur le post-partum ! Je suis aussi la présidente de l’association “Le club poussette” pour les mères en post-partum.” 

documentaire sur le post-partum des femmes

M : Quelle est votre définition du post-partum ?

EV : “C'est l'état de transition par lequel la femme passe pour devenir mère. Une période d'environ 3 ans, où on se reconstruit en tant que maman, où l'on intègre ce rôle que l'on va devoir jouer à vie ! C'est aussi le remaniement du couple en famille, la re-découverte de son corps post-accouchement, l'état de convalescence…c'est beaucoup de choses !”

M : Comment avez-vous vécu cette période ?

EV : “Dans la douleur pour la première année. J'avais beaucoup idéalisé le moment de la naissance de mon fils et l'après. J'avais vraiment intégré ce truc qui dit que les mères savent faire, que c'est inné. Je me suis trouvée très isolée, avec un bébé malade (RGO, APLV), un contexte de crise sanitaire : c'était la crise chez moi et dehors. C'était très insécurisant. Je ne me reconnaissais pas, j'avais l'impression d'avoir perdu mon identité, d'être en grande difficulté dans mon couple, dans mon corps.
À partir des 1 an de mon fils, les choses se sont lentement arrangées. J'ai commencé à m'habituer à mon nouveau rôle, à devenir à l'aise avec mon fils. Il a aussi commencé à nous faire quelques nuits (enfin !!). Et maintenant je me rends compte que ce chemin sinueux m'a forcé à sortir de ma zone de confort et à m'inventer une nouvelle vie, un nouveau métier, une nouvelle personnalité et je kiffe enfin !”

“Je ne me reconnaissais pas, j'avais l'impression d'avoir perdu mon identité, d'être en grande difficulté dans mon couple, dans mon corps.”
Eve Simonet

M : Comment allez-vous aujourd'hui ?

ES : “Bien, vraiment bien ! Je vois le bout du tunnel et tout ce que j'ai accompli en 20 mois et je suis très fière et reconnaissante !”

M : Est-ce que la réalisation de votre documentaire a été une sorte de thérapie ?

ES : “Oh oui tellement ! J'ai passé 1 an à aller à la rencontre de mamans qui vivaient la même chose que moi, ça crédibilisait tellement mes sentiments, je ne me sentais plus seule !
Rencontrer les professionnels m'a aussi permis d'avoir tant de réponses à mes questions. Et petit plus, on a tourné dans plusieurs pays (Canada, Pays-Bas, France), donc je partais en tournage et ça me faisait un bien fou de quitter le domicile familial !”

M : Selon vous, pourquoi y a-t-il ce tabou autour du post partum ?

ES : “Pour beaucoup de raisons. Une des premières est que dans notre société "la femme est censée avoir l'instinct maternel" et doit adorer s'occuper des enfants. C'est devenu un sujet tellement tabou de dire la réalité sur le quotidien des mères, que c'est difficile, que non ce n'est pas que du bonheur, que oui c'est aliénant de changer des couches toute la journée sans avoir le temps de prendre une douche ! C'est devenu progressivement dans le temps une omerta, nos mères, grands-mères n'avaient pas le droit d'avoir d'autres ambitions que de s'occuper des enfants, c'était la place de la femme. Aujourd'hui, on revendique notre droit d'exister à part entière avec ce sujet. On revendique que, oui, l'on a des ambitions, que l'on veut être mère mais pas que et on veut surtout que les enfants s'éduquent à deux (avec le co-parent) !
Une autre des raisons est au sujet du corps des femmes : on ne veut pas voir ce corps en convalescence, mou, flasque, vide. On vénère le corps enceint mais on ne veut plus voir après. Car on est une société extrêmement exigeante envers les femmes et l'aspect de leur corps !
Bref tellement de raisons, on rentre un peu plus en détail dans le documentaire !”

M : Qu'aimeriez-vous dire à une future maman stressée qui a "peur" de ce qu'elle pourrait lire ou voir sur le sujet ? 

ES : “Que cela ne sert à rien d'angoisser par anticipation. Que le savoir c'est le pouvoir !”

M : “Justement, avez-vous l’impression que votre travail aide à changer les mentalités ?”

ES : “Je pense que l'éducation est la clé. Je sais que ça a aidé beaucoup de mamans à se sentir moins seules et isolées dans cette expérience mais aussi pour les papas à prendre conscience de ce qui se jouait pendant cette période.
J'espère que ça aura un impact politique, on en a besoin pour faire réellement avancer les choses !”

“Cela ne sert à rien d'angoisser par anticipation. Le savoir c'est le pouvoir !”
Eve Simonet

M : “Pour finir, peut-on espérer un autre documentaire à venir ?”

ES : “Bien-sûr ! On tourne les épisodes 5&6 qui seront respectivement sur les mamans et leurs propre mamans (donc les mamies, en savoir plus sur le post-partum d'avant), et sur les papas et la crise du couple !
Je continue le combat aussi avec le Club poussette qui permet de briser l'isolement qui est tellement délétère en post-partum !
Un autre documentaire sur la naissance est également en écriture. Je ne m’ennuie pas !”