Livraison offerte dès 40€ d'achats

Vous promenez votre bébé sur un trottoir entre deux voitures ? Ou plutôt au beau milieu de la nature ? Pour les peaux à tendance atopique, vivre en ville ou à la campagne n’offre pas les mêmes avantages et inconvénients. Découvrez notre comparatif et les bons gestes pour que votre bébé vive bien dans tous les environnements.

La vie à la ville

Le mauvais point : la pollution

Poussière, impuretés, particules provenant des gaz d’échappement : les villes sont polluées et mettent la peau en contact avec tous ces éléments dans l’air qui sont très irritants pour les peaux atopiques et provoquent de véritables poussées. Au printemps, cette pollution rend également le pollen plus irritant. Dans les habitations, la pollution est souvent très concentrée, aussi il est tout de même conseillé d’aérer les pièces régulièrement.

Le bon point : une eau de qualité

Vivre en ville peut parfois aussi avoir de bons côtés ! L’eau peut participer à irriter ou assécher la peau, selon son niveau de calcaire, sa qualité bactériologique, et les traces éventuelles de pesticides.

Or plus les habitants sont nombreux à un endroit, plus les contrôles sont réguliers et donc, la qualité de l’eau est donc souvent meilleur.

Habiter à la campagne et à la montagne

Le bon point : air pur et adieu aux acariens

À la campagne comme à la montagne, l’air pur est bénéfique, que votre enfant ait la peau à tendance atopique ou pas. Et si vous vivez en altitude, peut-être vous débarrasserez-vous des acariens. En effet, s’ils adorent les intérieurs pour la chaleur, ils détestent vivre en altitude. À partir de 1500 mètres, il fait en effet rarement plus de 25°, leur température fétiche.

Le mauvais point : plus de plantes

Qui dit campagne ou montagne, dit plus de plantes. Et si votre enfant les adore, il n’en va pas de même de l’eczéma atopique : ils peuvent en effet provoquer des réactions ou allergies. Et au printemps, la présence de pollens, fortement allergisants, est également multipliée.

Quelle hygiène de vie adopter si votre bébé a un eczéma atopique ?

Les bons gestes

En ville, à la campagne ou à la montagne, une bonne hygiène de vie permet de prévenir ou diminuer l’intensité des poussées d’eczéma atopique.

  • En balade, glisser un brumisateur et un soin émollient dans son sac, à utiliser si votre bébé a été particulièrement exposé à la pollution ou à un environnement allergisant,
  • Donner une bonne douche par jour, de préférence le soir,
  • Appliquer un soin émollient, qui renforce la barrière cutanée,
  • Aérer son intérieur : c’est en effet à l’intérieur que les allergènes sont les plus concentrés.

Halte à l’hygiène trop poussée en ville

Vous voulez en faire plus ? Nul besoin.

Ces précautions suffisent, et une seule douche par jour est bien assez.

Habiter en ville peut pousser à avoir une hygiène trop poussée. Pourtant, cette habitude peut participer à assécher la peau.

Si votre enfant est trop peu exposé aux microbes, son système immunitaire s’emballe lorsqu’il y est confronté, ce qui le rend plus sensible aux allergies. Même chez les bébés qui ont une peau à tendance atopique, le système immunitaire a besoin de se confronter à des infections. D’ailleurs, l’eczéma atopique est plus répandu dans les villes où l’hygiène est excessive.