Livraison offerte dès 40€ d'achats

Si le sommeil est - généralement - intense au premier trimestre (merci la progestérone !) et stable au second, c’est au 3e que cela se corse. Beaucoup de futures mamans (et de mères expérimentées) vivent un dernier trimestre rythmé par les réveils nocturnes et/ou les insomnies. “Dormir autant que vous le pouvez” qu’ils disent. Pas facile à entendre quand on a l'impression d’avoir tout testé ou que l’on a d’autres enfants à s’occuper ! On fait le point.

Des techniques moins connues pour se détendre

Connaissez-vous le sommeil polyphasique et la cohérence cardiaque ? Zoom. 

La technique du sommeil polyphasique 

Le principe ? Le temps de sommeil est séquencé. Vous dormez un peu moins la nuit, mais vous intégrez des siestes (d’environ 30 min) à votre journée. Dans la pratique, ce n’est pas si facile à mettre en place. Déjà, il faut un espace tranquille pour une sieste (pas évident si vous n’êtes pas chez vous). Ensuite, et c’est le plus important, réussir à s’endormir en un claquement de doigts pour 30 minutes demande de l’entraînement. Si vous n’y arrivez pas tout de suite, c’est normal, mais cela ne veut pas dire que cela ne sert à rien ! 

La cohérence cardiaque 

S’il vous arrive de cogiter toute la nuit parce que vous êtes en stress (de l’accouchement, d’avoir pris un kilo en trop avant votre rendez-vous gynéco, que l’aîné soit jaloux du futur bébé…), VOUS ÊTES NORMALE ! On entend beaucoup qu’il ne faut pas stresser (on est d’accord !) mais l’arrivée d’un bébé n’est pas anodine, il est normal de se poser des questions. En revanche, sans se dire que vous allez supprimer tous les stress de votre grossesse, vous pouvez en calmer certains grâce à la cohérence cardiaque. Ce qui, à terme, peut aussi faciliter votre endormissement.

Le principe ? Tout repose sur le contrôle de sa respiration pour réguler le stress et l’anxiété. Vous trouverez facilement des vidéos tuto pour vous lancer, à votre rythme et à la fréquence qu’il vous est possible de tenir (pas de pression !).

“Enceinte, j’ai eu des insomnies pendant le dernier trimestre de ma grossesse...sans jamais réussir à régler ça. Je passais mes moments d’éveils à faire des listes…ou sur mon tél jusqu’à tomber de sommeil (je déconseille !). À refaire, je tenterais l’acupuncture (déjà testée pour le stress). “
Laure, maman de Solène, 2 ans ½

Les pratiques avec un spécialiste

Certains praticiens arrivent à “débloquer” la situation. Que l’origine soit émotionnelle ou physique. 

La sophrologie pour harmoniser mental et physique

Basée sur la relaxation musculaire et un travail de relaxation profonde, la sophrologie peut être une solution pour apaiser des tensions et vous mettre dans de bonnes dispositions pour dormir. Lancez-vous, depuis chez vous avec une vidéo tuto pour découvrir la pratique par exemple.

L’ostéopathie pour soulager le corps dans son ensemble

Pendant la grossesse, l’ostéopathie peut agir sur un mal de dos (ou autre mal postural) tout comme sur des troubles du sommeil (impression de fatigue, insomnie, etc.). On est loin des papouilles ou du massage. Ici, le thérapeute utilise une technique de manipulations osseuses et musculaires pour vous soulager.

L’acupuncture pour rétablir la circulation des énergies

Dans un autre registre, l'acupuncture se révèle très efficace pour soulager une future maman au moyen d’aiguilles. Cela va des problèmes d’hémorroïdes aux nausées, en passant par - ce qui nous intéresse dans le cas présent : les insomnies et autres troubles du sommeil. 

Dans tous les cas, fiez-vous à l’option qui vous met plus à l’aise, c’est le plus important.